avril 28, 2021

Séparation adéquate des déchets dans les établissements de soins de longue durée et les maisons de soins infirmiers

Les organismes de soins de longue durée (SLD) et les foyers de soins infirmiers produisent de nombreux types de déchets pendant les soins et le traitement des résidents. Dans ces contextes, une bonne gestion des déchets est essentielle pour assurer la sécurité des personnes, protéger l’environnement et assurer la conformité réglementaire. Les sections suivantes fournissent des renseignements et des conseils aux établissements de SLD et aux maisons de soins infirmiers sur la façon de trier correctement les déchets.

Quels types de déchets sont produits dans un établissement de SLD ou une maison de soins infirmiers?

La plupart des déchets dans ces installations sont des déchets non réglementés, ce qui signifie qu’ils sont similaires aux déchets produits par d’autres entreprises, telles que les hôtels. La majorité des déchets restants appartiennent à la catégorie des déchets biomédicaux , qui comprend les déchets non anatomiques et tranchants, soit des déchets pharmaceutiques. Dans le cadre du processus d’élimination, le personnel doit séparer les déchets dans différents conteneurs, ce qui permet de s’assurer qu’ils sont manipulés et gérés de manière appropriée en fonction de ses risques et de ses réglementations.

Comment trier les déchets médicaux dans les établissements de SLD et les maisons de soins infirmiers

Déchets tranchants

Tout article contaminé qui pourrait percer la peau doit être jeté dans des contenants pour objets tranchants résistants aux perforations conformément à la norme nationale du Canada (CAN)/norme CSA. Les articles applicables peuvent inclure des seringues, des aiguilles, des scalpels, des flacons en verre, etc. Conçus pour prévenir les perforations, les fuites et le surremplissage, ces contenants peuvent réduire les risques de blessures par piqûre d’aiguille, ce qui peut entraîner une exposition à des agents pathogènes transmissibles par le sang.

Les organisations peuvent choisir d’utiliser des contenants réutilisables dans le cadre des efforts d’élimination des objets tranchants. Ces conteneurs sont faits de plastique dur qui peut être retraité et réutilisé, ce qui réduit en fin de compte le nombre de récipients qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement.

Déchets biomédicaux – non anatomiques (sacs jaunes)

Bien qu’il n’existe pas de définition universellement acceptée des déchets médicaux, les organismes fédéraux, provinciaux et municipaux différencient les déchets susceptibles de causer des dommages et des infections et ont des règlements concernant leur collecte, leur transport, leur traitement et leur élimination. Les déchets biomédicaux qui ne sont pas tranchants appartiennent à un conteneur à déchets biomédicaux doublé d’un sac jaune pour les déchets non anatomiques. (Les déchets anatomiques et cytotoxiques sont gérés séparément et sont séparés dans des conteneurs codés en rouge)

Lorsque le sac est plein, le personnel doit attacher et nouer le sac à la main pour le fixer. Trop remplir les sacs jaunes peut les rendre trop lourds, ce qui peut les déchirer ou les casser. Les contenants humides ou qui fuient ne seront pas acceptés par un fournisseur de services de gestion des déchets.

Équipement de protection individuelle

Les blouses, les gants, les masques faciaux et les autres équipements de protection individuelle (EPI) utilisés pendant les soins aux résidents doivent être traités comme des déchets ordinaires ou des déchets biomédicaux, selon que les articles sont contaminés par du sang ou des matières potentiellement infectieuses (OPIM), qui pourraient contenir des agents pathogènes dangereux pour les humains et l’environnement. Les organisations devraient définir clairement les paramètres de tri des déchets d’EPI afin d’assurer l’élimination appropriée des EPI usagés.

Déchets pharmaceutiques

Les déchets pharmaceutiques sont tous les médicaments restants, inutilisés ou périmés qui ne sont plus nécessaires. Il peut être classé comme dangereux ou non dangereux en fonction de ses propriétés chimiques et de ses risques. Une élimination incohérente des médicaments peut entraîner le lessivage de produits chimiques dangereux dans les environnements environnants et la contamination des eaux souterraines, de l’eau potable, de la vie végétale, etc.

Alors que les produits pharmaceutiques non dangereux devraient être séparés des autres déchets biomédicaux dans un conteneur spécialement conçu pour les déchets pharmaceutiques non dangereux et destiné à l’incinération, les produits pharmaceutiques dangereux ont des exigences différentes en matière de déchets en raison du risque accru pour les humains et l’environnement.

Déchets de substances contrôlées

Santé Canada et le Bureau des substances contrôlées réglementent les substances désignées. La Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS) est le cadre législatif qui permet de contrôler les substances qui peuvent altérer les processus mentaux et nuire à la santé d’une personne ou de la société lorsqu’elles sont détournées ou mal utilisées. Les substances désignées sont réglementées et regroupées dans les annexes I à V de la LRCDAS.

En raison du risque élevé pour les personnes et les communautés, la LRCDAS a des exigences particulières en matière d’élimination des substances désignées afin de prévenir le détournement, c’est-à-dire lorsqu’une personne vole des drogues à des fins non thérapeutiques. Le milieu des établissements de soins de longue durée est sujet au détournement de médicaments en raison de l’utilisation fréquente d’opioïdes, comme l’oxycodone, pour traiter la douleur des résidents. Parmi les autres facteurs de risque, mentionnons le laxisme de la sécurité, l’absence de surveillance et le manque de technologie.

Compte tenu des risques associés à ces médicaments, les organismes de soins de longue durée et les maisons de soins infirmiers devraient avoir mis en place un solide programme de prévention du détournement de médicaments , qui peut comprendre une formation complète du personnel, entre autres tactiques.  

Que se passe-t-il si une organisation surclasse les déchets et les traite tous comme des déchets biomédicaux?

Les organisations devraient traiter les déchets qui ne sont pas saturés de sang ou d’OPIM comme elles le feraient normalement. Les déchets ordinaires ne devraient pas être surclassés comme déchets biomédicaux, ce qui peut augmenter considérablement les coûts de gestion des déchets inutilement. Par exemple, les matières contaminées par certains fluides corporels, comme l’urine, les matières fécales, les sécrétions nasales, la sueur, les crachats ou les vomissements, ne sont pas considérées comme des déchets biomédicaux, mais sans une séparation appropriée des déchets, elles pourraient être éliminées de manière incorrecte, ce qui coûterait plus d’argent à l’organisation.

Pourquoi la formation du personnel sur la gestion des déchets est-elle si importante?

Le personnel joue un rôle clé en veillant à ce que les déchets finissent dans le bon conteneur à chaque fois. Si les employés ne font pas attention à la façon dont les déchets sont éliminés, ils peuvent causer par inadvertance de graves dommages à eux-mêmes, à leurs résidents et à l’environnement. Inversement, ils peuvent également augmenter le coût de la gestion des déchets.

En raison de ces facteurs, il est essentiel que les organisations offrent une formation et une éducation récurrentes sur le tri des déchets médicaux. La formation et l’éducation du personnel doivent être variées pour qu’elles restent fraîches et convaincantes et inclure des applications concrètes afin que les employés puissent facilement appliquer ce qu’ils apprennent à leur travail quotidien. Les outils d’éducation en ligne peuvent être particulièrement utiles.  Les modules sont continuellement mis à jour, offrant les informations les plus récentes et permettant au personnel de suivre la formation à sa convenance. La participation est documentée et peut être utilisée pour démontrer la conformité.

La formation sur les déchets médicaux devrait être un élément d’un programme complet de formation du personnel. Parmi les autres sujets à aborder, mentionnons les WHIMIS, les agents pathogènes transmissibles par le sang et la formation sur l’EPI. Lorsqu’un organisme de soins de longue durée ou une maison de soins infirmiers offre un programme de formation à multiples facettes, il peut grandement contribuer à assurer un environnement sûr et sécuritaire pour les résidents et le personnel.

Comment Stericycle peut répondre aux besoins d’élimination des déchets de votre établissement de soins de longue durée et de votre maison de soins infirmiers

Stericycle peut s’associer à votre établissement de soins de longue durée ou à votre maison de soins infirmiers pour vous aider à assurer une gestion des déchets saine, conforme et fiable. Visitez nos solutions de déchets médicaux pour plus d’informations.

Receive Stericycle’s latest content, including news and regulations on how you can maintain business compliance.

Thank You!

We have received your request and a representative will contact you shortly to discuss your business needs.
 

Submission Error - Please Refresh and Try Again

(Required)

Please enter a valid value

(Required)

Please enter a valid value

(Required)

Please enter a valid value

To find out what personal data we collect and how we use it, please visit our Privacy Policy